Californie: au moins 9 morts et 25 disparus lors d'une rave party ravagée par un incendie

La fête a tourné au drame, dans la nuit de vendredi à samedi, à Oakland, en Californie. Environ 70 personnes s'étaient réunies pour participer à une rave party lorsqu'un incendie a éclaté. Le bilan n'est que provisoire et il est déjà lourd, avec 9 morts et 25 disparus.
03 déc. 2016, 17:36
/ Màj. le 03 déc. 2016 à 19:14
L'incendie a pris rapidement des proportions gigantesque. Le bilan pourrait être très lourd.

Au moins neuf personnes sont mortes et 25 sont portées disparues après un incendie lors d'une rave party dans un collectif d'artistes à Oakland, en Californie (USA). Le feu a éclaté vers 23h30 vendredi soir et n'a été maîtrisé qu'au petit matin.

 

 

 

"Nous devons encore faire une recherche approfondie du bâtiment et nous ne savons pas quel est le nombre potentiel de victimes supplémentaires", a indiqué la cheffe des pompiers, Teresa Deloach-Reed, citée par le quotidien local Mercury News .

"Le toit s'est effondré et il y a de gros débris qui doivent être enlevés" a-t-elle précisé dans une interview sur CNN. Selon des pompiers, il y avait jusqu'à 70 personnes à cette fête, dans laquelle se produisait le groupe de musique électronique Golden Donna.

 

 

Les médias ont diffusé des images de hautes flammes sortant d'un bâtiment d'apparence industrielle. Le bâtiment abritait un collectif d'artistes, selon les pompiers. Lorsqu'ils sont entrés pour combattre le feu, ils ont été freinés par un bric-à-bric de meubles et d'objets artistiques, ont ils raconté.

"C'était bourré de meubles et d'autres trucs, des collections (...) c'était presque comme un labyrinthe", a déclaré Teresa Deloach-Reed, qui a aussi mentionné la présence d'une "cage d'escalier artisanale" pour accéder au premier étage. Il était apparemment "vraiment difficile de s'échapper de ce premier étage", a-t-elle dit.

Il semble qu'aucun détecteur de fumée ne se soit déclenché dans le bâtiment pendant l'incendie, et qu'il n'y avait pas d'aspersion automatique, a-t-elle précisé.

Les pompiers sont toujours en train de chercher à établir si des personnes vivaient en permanence dans le collectif, a-t-elle expliqué. Sur les réseaux sociaux, et notamment la page Facebook de l'événement, des proches tentaient de chercher des informations sur le sort des participants.