Réservé aux abonnés

Conflit: l’Arménie perd des pans du Karabakh

Sous les huées, le premier ministre a signé le cessez-le-feu entérinant les gains de l’Azerbaïdjan. L'Arménie est plongée dans une profonde crise politique.
11 nov. 2020, 00:01
/ Màj. le 11 nov. 2020 à 06:37
L'Arménie est plongée dans une crise politique profonde.

En habile tribun, le premier ministre arménien, Nikol Pachinian, avait pourtant bien choisi ses mots. Pour annoncer sa décision de signer un cessez-le-feu avec l’ennemi azerbaïdjanais sous l’égide de la Russie, il avait souligné combien cela était «terriblement pénible» pour lui d’endosser les neuf points du texte, avant de «s’agenouiller (symboliquement) devant tous nos martyrs». Mais dans la nuit de lundi à hier, dix minutes après avoir publié sa déclaration, les premi&e...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois