Corée: les adieux déchirants de familles après de rarissimes retrouvailles

Des familles du Nord et du Sud de la Corée séparées par la guerre ont été réunis pendant trois jours. Elles ont dû se dire "au revoir" ou plus certainement "adieu" ce lundi.
26 oct. 2015, 09:49
/ Màj. le 26 oct. 2015 à 11:43
Le Nord-coréen Bae Sang-Man rencontre sa sœur cadette qui habite en Corée-du-Sud.

Des familles sud et nord-coréennes séparées depuis la Guerre de Corée (1950-1953) se sont quittées lundi après de rarissimes réunions très chargées en émotion. Ce moment de rapprochement a toutefois été terni par un nouvel incident frontalier.

Pendant ces trois jours de retrouvailles exceptionnelles, les familles ont tenté de rattraper plus de 60 ans de temps perdu avec au final le moment le plus douloureux: un "au revoir" qui, vu l'âge des participants, est certainement un "adieu".

Pour certains, cette nouvelle séparation était insupportable. Ainsi Han Um-Jon, pour qui l'ultime image de son époux sud-coréen de 86 ans demeurera celle de la civière chargée dans l'ambulance qui devait le ramener à Séoul.

 

Le coeur en lambeaux

 

Un millier de Nord-Coréens et de Sud-Coréens ont eu la chance de participer tout au long de la semaine à ces réunions, qui se sont déroulées sur deux séries de trois jours. Une chance, car rien qu'au Sud, 65'000 personnes sont sur liste d'attente.

Ces rencontres n'étaient que les deuxièmes du genre en cinq ans. Et rien ne permet de dire quand auront lieu les prochaines.

Pour les familles nord et sud-coréennes réunies, le prix émotionnel à payer pour participer à ce type de rencontre est très élevé. Beaucoup de participants en reviennent le coeur en lambeaux, après des rencontres orchestrées avec précision et étroitement contrôlées.

Samedi, la réalité du conflit coréen s'est rappelée à ce moment de relative détente. La marine sud-coréenne a tiré plusieurs coups de semonce à l'attention d'un patrouilleur du Nord qui s'était aventuré dans une zone interdite selon le Sud.