Réservé aux abonnés

Coup de balai à la tête de l'armée

En écartant Ri Yong-ho, le chef d'état-major, Kim Jong-un affirme son autorité dans la dictature héritée de son père.
06 août 2015, 10:25
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
data_art_6225601.jpg

Kim Jong-un sort ses griffes. Sept mois à peine après son accession au pouvoir suprême, le nouveau leader nord-coréen s'affirme face à la vieille garde de son père en écartant brutalement le chef de l'armée, le maréchal Ri Yong-ho, qui avait joué un rôle clé dans l'ascension du jeune homme.

La chute du plus haut gradé de Pyongyang, tombée comme un couperet dimanche soir, marque une nouvelle étape dans le processus de transition dynastique qui s'était déroulé jusqu'ici sans accroc. Dimanche, le bureau politique du parti a décidé "de relever Ri de toutes ses fonctions pour cause de maladie", ...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois