Réservé aux abonnés

Crime ou exil, l'alternative des jeunes

A quatre jours d'élections cruciales, le pays, avec deux millions de sans-emplois et vingt assassinats par jour, offre peu de perspectives à la jeunesse. La délinquance, seule option de survie?
07 août 2015, 12:03
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
data_art_7559798.jpg

Dans la cour de leur modeste maison de briques, au coeur du village de campagne de Guacamaya, les parents de Darling ont installé deux consoles de jeux vidéo d'occasion. "C'est pour les jeunes d'ici", explique l'adolescente de 17 ans. "Comme ils n'ont rien à faire en sortant du collège, ça les occupe un peu."

Une dérisoire tentative pour éviter que l'inaction finisse par les perdre dans cette violence qu'ils tutoient. Comme son cousin, assassiné pour quelques pièces lors d'une vi...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonnés

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de 300 CHF par an