Crimes contre l'humanité à grande échelle en Corée du Nord

L'ONU affirme des que des crimes contre l'humanité à grande échelle ont été perpétrés en Corée du Nord. Elle réclame une action urgente de la part de la communauté internationale et la saisine de la CPI.
07 août 2015, 13:23
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
The emblem of the United Nations, UN, in the Assembly Hall of Palais des Nations, the United Nations Office at Geneva, Switzerland, pictured on September 22, 2011. (KEYSTONE/Martial Trezzini)

Le logo des Nations Unies photographie dans la Salle des Assemblees, le 22 septembre 2011 au Palais des Nations, siege europeens des Nations Unies, ONU, a Geneve. (KEYSTONE/Martial Trezzini)

Des crimes contre l'humanité sont commis à grande échelle en Corée du Nord, a affirmé lundi à Genève une commission d'enquête de l'ONU. Elle demande que la Cour pénale internationale (CPI) soit saisie.

"De multiples crimes contre l'humanité, découlant de politiques établies au plus haut niveau de l'Etat, ont été commis et continuent d'avoir lieu en Corée du Nord", affirme la commission d'enquête présidée par le juge australien Michael Kirby.

Elle réclame une action urgente de la part de la communauté internationale pour faire face à la situation des droits de l’homme dans le pays, y compris la saisine de la Cour pénale internationale.

Dans un document de 400 pages, basé sur des témoignages directs de victimes et de témoins, la commission décrit de manière très détaillée les "atrocités innommables" commises en Corée du Nord. La gravité, l’échelle et la nature de ces violations mettent en évidence une situation qui n’a aucun parallèle dans le monde contemporain, selon la commission.

Les crimes contre l’humanité impliquent des actes d'extermination, des meurtres, de l'esclavage, des tortures, des emprisonnements, viols, avortements forcés et autres formes de violences sexuelles, des persécutions pour des motifs d’ordre politique, religieux, racial ou sexiste, le transfert forcé de populations, des disparitions forcées. Le rapport mentionne aussi des "actes inhumains" causant intentionnellement une famine prolongée.

Il souligne que des crimes contre l’humanité continuent d’être commis en Corée du Nord parce que les politiques, les institutions et les schémas d’impunité qui se trouvent à leur fondement sont toujours en place.