Danemark: quatre hommes condamnés à 12 ans de prison pour terrorisme

Trois Suédois et un Tunisien ont été jugés coupables de terrorisme et condamnés à douze ans de prison par un tribunal danois ce lundi.
06 août 2015, 09:55
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Le tribunal de district de Glostrup au Danemark dans la banlieue de Copenhague a jugé "coupables de terrorisme", quatre hommes qui ont comploté l'assassinat du personnel d'un quotidien qui avait publié les caricatures de Mahomet.

Quatre hommes jugés au Danemark pour un projet d'attentat contre le journal "Jyllands-Posten", dans lequel furent publiées en 2005 des caricatures du prophète Mahomet, ont été condamnés lundi. Ils écopent de douze ans de prison chacun pour "terrorisme".

Les accusés, trois Suédois d'origine arabe et un Tunisien, ont été jugés coupables d'avoir projeté d'attaquer le journal avec l'objectif de tuer le plus grand nombre de personnes, a déclaré la présidente du tribunal de Glostrup, dans la banlieue de Copenhague, Katrine Eriksen.

La magistrate a ordonné en outre que les quatre hommes soient expulsés du Danemark à l'issue de leur peine et qu'ils remboursent les frais de justice.

Les quatre hommes avaient plaidé non coupable de l'accusation de terrorisme lors de leur procès qui s'était ouvert le 13 avril. Leurs avocats ont estimé que les images de vidéosurveillance sur lesquelles s'appuyaient notamment les procureurs ne constituaient pas une preuve suffisante.

Possible appel

Les accusés - le Tunisien Mounir Ben Mohamed Dhahri, considéré comme le chef du groupe, et les Suédois Mounir Aouad, Omar Abdalla Aboelazm et Sahbi Ben Mohamed Zalouti - ont quatre semaines pour faire appel.

Ils avaient été arrêtés lors d'un coup de filet des polices danoise et suédoise, qui les surveillaient depuis des semaines, dans les faubourgs de Copenhague et de Stockholm, le 29 décembre 2010. Plusieurs armes avaient été saisies.

Un pistolet-mitrailleur avec silencieux, un revolver, 108 balles et 20'000 dollars ainsi que 200 tiges en plastique pour ligoter des otages avaient été saisis par la police auprès de ces quatre hommes.

Prince en danger

La police danoise, en coopération avec le renseignement suédois, avait placé les membres du groupe sur écoute. Elle avait procéder à leur arrestation après les avoir entendu dire qu'ils "allaient voir" le bâtiment du "Jyllands-Posten".

Une remise de prix, présentée par l'accusation comme la cible des terroristes et à laquelle assistait le prince héritier du Danemark, devait avoir lieu au siège du journal ce jour-là. Le parquet estime toutefois que les terroristes ignoraient probablement la présence du prince héritier.

Le "Jyllands-Posten" est le premier journal à avoir publié la dizaine de caricatures ayant attisé la colère d'une partie de la communauté musulmane à travers le monde. Les violentes manifestations qui avaient suivi firent une cinquantaine de morts au Proche-Orient et en Asie.