Réservé aux abonnés

David Cameron contre-attaque

Le premier ministre britannique se veut le champion de la lutte contre l’évasion fiscale. Un délit pénal sera créé.
12 avr. 2016, 00:07
/ Màj. le 12 avr. 2016 à 00:01
epa05251061 Protesters during a demonstration calling for the resignation of British Prime Minister David Cameron in Central London, Britain, 09 April 2016. The demonstration was called after  revelations in the so called Panama Papers of the financial arrangements of Prime Minister Cameron and his family.  EPA/WILL OLIVER BRITAIN GOVERNMENT CAMERON PANAMA PAPERS

Londres

FLORENTIN COLLOMP

Après la publication de ses feuilles d’impôts ce week-end, David Cameron a poursuivi sa contre-offensive contre les Panama Papers. Victime depuis une semaine des révélations sur sa participation à un fonds offshore dirigé par feu son père, il tente de renverser la vapeur pour apparaître en champion de la lutte contre l’évasion fiscale, fort d’initiatives «sans précédent». Le premier ministre a ainsi annoncé un groupe de travail doté de dix millions de livres (environ 13,5 millions de francs) chapeauté par le fisc, les douanes et l’agence de lutte contre la criminalité p...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonnés

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois