Démocrates et républicains misent sur les réseaux sociaux

Les conventions républicaine et démocrate américaines sont marquées cette année par une forte présence sur les réseaux sociaux online.
06 août 2015, 10:55
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
2012-08-22_1939

Traditionnellement calibrées pour la télévision, les conventions républicaine et démocrate américaines sont marquées cette année par un investissement sans précédent dans les réseaux sociaux sur internet. Cette tendance vise à offrir des grand-messes plus "ouvertes" et "accessibles".

A la dernière élection présidentielle, en 2008, les réseaux sociaux n'en étaient qu'à leurs balbutiements et il a fallu attendre les élections parlementaires de mi-mandat, en 2010, pour voir Twitter, Facebook, Youtube, Flickr et autres Google+ entrer véritablement en politique.
 
Les conventions républicaine à Tampa (Floride) et démocrate à Charlotte (Caroline du Nord) confirment massivement cette tendance. Un dispositif sans précédent sera mis sur pied et des équipes seront entièrement dédiées aux réseaux dans chaque camp.
 
"Où que vous viviez, quel que soit l'appareil que vous utilisez, nous voulons que vous soyez un participant actif à cette convention", assurait récemment William Harris, directeur de la convention républicaine, en présentant son concept de "convention à ciel ouvert", destiné à faire de l'événement "le plus ouvert et accessible de l'histoire".
 
Tous azimuts
 
Un discours copie-conforme de celui du patron de la convention démocrate, Steve Kerrigan, qui promet dans une vidéo - diffusée sur YouTube - que la grand-messe démocrate sera... "la plus ouverte et accessible de l'histoire".
 
Outre les inévitables comptes Twitter et Facebook des conventions, qui permettront à tout un chacun de commenter inlassablement les prestations des participants, républicains et démocrates ont aussi ouvert des pages sur YouTube, les sites de partage de photos Flickr et Pinterest, ou les réseaux Google+ et Foursquare, ainsi que des applications pour téléphones portables.
 
A Tampa, un Google Media Lounge, créé en partenariat avec le géant de l'internet, fera office de "quartier général pour surveiller et faire participer la communauté en ligne, afin d'amplifier les messages de la convention", expliquent les organisateurs sur leur site internet.
 
Et une "salle de conversations" permettra aux orateurs d'envoyer des messages ou des photos sur Twitter et Facebook, voire de faire une interview vidéo sur Skype, avant ou après leur intervention sur scène.
 
Invités militants
 
La convention démocrate - dont la page Facebook avait vendredi trois fois plus de fans que la républicaine - a pour sa part organisé des "tweetup" en amont de cette réunion, proposant à des volontaires de venir visiter à Charlotte le site en cours d'installation, à charge pour les invités de répandre sur les réseaux sociaux photos et commentaires enthousiastes.