Réservé aux abonnés

Des meurtres secouent le pouvoir

Avant l'ambassadeur américain, la liste des assassinats politiques était longue.
06 août 2015, 14:44
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
data_art_6431488.jpg

La mort de l'ambassadeur américain Christopher Stevens aura été le point d'orgue d'une série d'assassinats de hauts gradés militaires libyens - plus d'une quinzaine - et d'au moins autant d'attentats contre des symboles de l'Etat ou de l'Occident, ces derniers mois à Benghazi. Les affrontements tribaux ont été plus meurtriers à l'Ouest, près de la frontière tunisienne, ou dans les cités du désert, au sud du pays. Tripoli n'a pas été épargnée par les règlements de comptes entre brigades rebelles. Mais c'est à Benghazi, là où elle est née, que la révolution a commencé à chanceler sous les coups ...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois