Des militants de Greenpeace s'introduisent dans deux centrales nucléaires françaises

Deux centrales nucléaires françaises ont fait l'objet mercredi d'intrusions de militants de l'ONG Greenpeace.
05 août 2015, 16:44
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
centrale_bugey

Deux centrales nucléaires françaises ont fait l'objet mercredi d'intrusions de militants de l'ONG Greenpeace. Une opération spectaculaire a notamment été réalisée, avec le survol et l'atterrissage d'un parapente à moteur sur le site du Bugey, dans la région de Lyon.

Mercredi matin, pénétrant une zone aérienne interdite, un militant de l'association de défense de l'environnement, de nationalité allemande, a atterri sur le sol de la centrale nucléaire du Bugey, à une trentaine de kilomètres de Lyon et une septantaine de Genève, avec un parapente à moteur dont la voile était à l'effigie de Greenpeace.

Selon l'association, l'engin a "survolé la centrale aux quatre réacteurs, le pilote a déposé deux fumigènes sur le dôme de l'un d'eux puis s'est posé sur sol en déposant un nouveau fumigène".

En début d'après-midi, un homme qui se présente comme un "poète escaladeur", Hervé Couasnon, 53 ans, a réussi à pénétrer dans l'enceinte de la centrale nucléaire de Civaux (centre-ouest) avant d'être arrêté par les forces de l'ordre.

"Message" aux deux candidats

Dans les deux cas, les organisateurs ont expliqué vouloir "adresser un message" aux candidats à l'élection présidentielle, Nicolas Sarkozy et François Hollande, "qui nient le risque du nucléaire". Les deux hommes devaient s'affronter dans la soirée pour un débat télévisé avant le second tour, dimanche.

"On voulait illustrer une agression externe, type chute d'avion. Ce survol illustre la vulnérabilité des sites français", a déclaré Sophia Majnoni, chargée des questions nucléaires au sein de Greenpeace France.

François Hollande, le candidat socialiste, a réagi en déclarant "faire confiance à l'Autorité de sûreté nucléaire" qui a la responsabilité de "toutes les informations sur la protection de nos centrales".

Les installation nucléaires visitées mercredi n'ont pas "un seul instant" été mises en danger et les plans de sécurité "ont été efficaces", a affirmé le ministère français de l'Industrie dans un communiqué.

EDF: "sûreté" pas remise en cause

Détecté "très rapidement", le parapente à moteur était suivi "avant même qu'il ne survole la centrale", a déclaré pour sa part le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Pierre-Henry Brandet, précisant avoir eu connaissance "qu'il s'agissait d'un militant écologiste menant une action médiatique".

Le pilote de l'engin a été arrêté ainsi qu'une seconde personne à l'extérieur du site, qui, selon les forces de l'ordre, "pourrait avoir servi de guide au pilote de l'engin".

EDF, l'entreprise publique exploitante des centrales françaises, a assuré dans un communiqué que "la sûreté des installations" de la centrale nucléaire du Bugey n'avait "à aucun moment été remise en cause".

En décembre, des militants de Greenpeace qui voulaient illustrer les failles de la sécurité des installations nucléaires avaient mené une opération spectaculaire en réussissant à s'introduire dans les centrales de Nogent-sur-Seine (nord-est) et celle de Cruas (sud).