Elections en Thaïlande: fermeture des bureaux de vote

46 millions de Thaïlandais étaient appelés aux urnes dimanche pour des législatives anticipées. Mais dans plus de 10% des circonscriptions, des centres de distribution de bulletins de vote ont été bloqués par l'opposition. Les bureaux de vote sont à présent fermés.
07 août 2015, 12:44
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Pro-election supporters hold up their ID cards to demand to vote outside Din Daeng polling station in Bangkok Sunday, Feb. 2, 2014. Thailand's tense national election got underway Sunday with protesters forcing the closure of hundreds of polling stations in the capital amid fears of more bloodshed a day after gun battles in Bangkok left seven people wounded. (AP Photo/Sakchai Lalit)

Les bureaux de vote ont fermé dimanche en Thaïlande à 15 heures (9 heures en Suisse), comme prévu, malgré les perturbations causées par les manifestants, a annoncé la commission électorale. Quatre personnes ont été tuées dans le sud du pays, lors d'une attaque qui ne semblait pas liée au scrutin.

Les manifestants ont empêché les législatives de se tenir dans des dizaines de circonscriptions, menaçant d'aggraver encore la crise politique qui se prolonge depuis trois mois.

Dans le sud du pays, en proie à une insurrection depuis dix ans, trois soldats et un fonctionnaire ont été tués lors d'une embuscade de rebelles présumés, alors qu'ils s'apprêtaient à préparer un bureau de vote pour les législatives.

Leur véhicule a été touché par une bombe dissimulée sur le bord de la route et que des insurgés ont ouvert le feu, selon la police du district de Khok Pho, dans la province de Pattani, l'une des trois du sud sous état d'urgence. Cinq autres personnes, dont trois soldats, ont été blessées.

"Un responsable adjoint de district a été tué par une bombe et une fusillade alors qu'il menait des soldats pour installer un bureau de vote", a déclaré Puchong Nutrawong, secrétaire général de la commission électorale. "Mais je ne pense pas que l'incident soit lié aux élections", a-t-il ajouté.

Rébellion séparatiste

Plus de 5'900 personnes, dont une majorité de civils, ont été tuées depuis le début en 2004 de la rébellion séparatiste dans cette région majoritairement musulmane rattachée à la Malaisie jusqu'au début du XXe siècle.

Les insurgés musulmans se rebellent contre ce qu'ils vivent comme une discrimination contre la population d'ethnie malaise et de religion musulmane dans un pays essentiellement bouddhiste.