Eruption aux Canaries: la lave du volcan a atteint l’océan

L'île de La Palma fait face depuis dix jours une grosse éruption. La lave a atteint ce mercredi l'océan Atlantique. Le phénomène inquiète car il pourrait produire du gaz toxique et des particules nocives. Les habitants de la région ont dû se confiner lundi.
29 sept. 2021, 07:54
/ Màj. le 29 sept. 2021 à 07:59
La lave du volcan a atteint la mer à Playa Nueva durant la nuit.

La lave du volcan entré en éruption il y a dix jours sur l’île de La Palma, dans l’archipel des Canaries, a atteint l’océan dans la nuit de mardi à mercredi, a annoncé l’Institut volcanologique des Canaries (Involcan). Ce phénomène est potentiellement dangereux.

A lire aussi: Eruption aux Canaries: plus de 300 bâtiments détruits par la lave

«La coulée de lave a atteint la mer à Playa Nueva», a indiqué Involcan sur son compte Twitter peu après minuit. Le volcan Cumbre Vieja était entré en éruption le 19 septembre.



Mardi après-midi, la lave, dont la vitesse avait beaucoup varié au cours des derniers jours, au point même de s’immobiliser à un moment donné, se trouvait encore à quelque 800 mètres de la mer, ce qui rendait impossible de prévoir quand elle atteindrait l’océan.

Cette rencontre entre la lave en fusion et l’eau était particulièrement redoutée en raison de la production de gaz toxique et de particules nocives qu’elle pouvait entraîner, ce qui la rend potentiellement dangereuse. Pour cette raison, le gouvernement régional de l’archipel avait décrété un «rayon d’exclusion de 2 milles marins» autour de l’endroit où était prévue l’arrivée de la lave.


Suivez l’éruption du volcan en direct:


Lundi, les habitants de plusieurs quartiers de Tazacorte, un village situé près de la côte, avaient été appelés à se confiner en raison des craintes d’émanation de gaz toxiques résultant de l’arrivée de la lave dans l’océan.

Cette décision avait été prise en raison de «la possibilité qu’il y ait un petit choc lorsque le magma pénètrera dans l’eau de mer, et que ce petit choc provoque des vapeurs qui peuvent être toxiques», avait souligné le directeur technique du Plan d’urgence volcanique des Canaries (Pevolca), Miguel Ángel Morcuende.