Etat islamique: 95 morts dans le bombardement de leur fief, Raqa, par l'aviation syrienne

L'aviation syrienne de Bachar al-Assad a massivement bombardé mardi la ville de Raqa, le fief de l'Etat islamique. Le dernier bilan fait état de 95 morts, dont au moins 52 civils.
07 août 2015, 14:29
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme les frappes ont fait au moins 52 victibes civiles.

Le bilan des frappes menées mardi par l'aviation syrienne sur la ville de Raqa, fief de l'Etat islamique (EI), s'est alourdi mercredi. Au moins 95 personnes ont été tuées dans ces raids, a annoncé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Au moins 52 des victimes sont des civils, a indiqué cette ONG basée à Londres et proche de l'opposition modérée à Bachar al-Assad. Elle n'était pas en mesure de déterminer si les autres étaient ou non des djihadistes de l'EI, qui contrôlent Raqa. Un précédent bilan, établi mardi soir, faisait état de 63 morts.

Selon le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane, certains secteurs touchés sont proches des positions de l'EI et plusieurs djihadistes auraient été tués.

Les deux raids aériens successifs ont visé la zone industrielle de Raqa. "A la suite du premier raid, les gens ont accouru pour secourir les victimes et c'est à ce moment-là que le second s'est produit", avait expliqué mardi M. Abdel Rahmane.

Des vidéos diffusées sur internet par des militants de Raqa montrent des corps ensanglantés gisant dans une rue à proximité de l'un des sites visés, alors qu'une ambulance se précipite sur les lieux.

Raqa est le seul chef-lieu de province que contrôle le groupe extrémiste sunnite EI depuis son apparition en Syrie au printemps 2013, et la ville est devenue son bastion. Le régime n'a commencé que cet été à mener des raids sur les positions de l'EI, dans le nord et l'est de la Syrie.

Le 6 septembre, huit frappes aériennes de l'armée avaient tué 53 personnes, en majorité des civils, à Raqa, selon l'OSDH. Des positions de l'EI à Raqa et ses alentours ont en outre été prises pour cibles ces dernières semaines par des avions de la coalition internationale conduite par les Etats-Unis.