Etudiants disparus au Mexique: mandat d'arrêt contre le maire d'Iguala

Un mandat d'arrêt a été lancé mercredi contre le maire d'Iguala, où 43 étudiants sont toujours portés disparus. Les autorités ont trouvé à ce jour neuf fosses clandestines avec un total de 30 cadavres. Mais Les expertises indiquent que 28 d'entre eux ne correspondent pas aux étudiants disparus...
07 août 2015, 14:22
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Des manifestations se sont déroulées mercredi dans plusieurs villes du Mexique. A Iguala, certains d'entre eux ont incendié la mairie, où aucun employé n'était sur les lieux.

Les autorités judiciaires mexicaines ont lancé mercredi un mandat d'arrêt contre le maire d'Iguala, où des dizaines d'étudiants ont été attaqués le 26 septembre, dont 43 sont toujours portés disparus. Son épouse et un responsable de la sécurité locale sont aussi visés.

"Le maire est soupçonné d'être "l'instigateur des faits survenus à Iguala", a dit le ministre de la Justice, Jésus Murillo Karam. C'est la première fois que les autorités judiciaires, qui ont fait 52 prisonniers dont une quarantaine de policiers municipaux, nomment les instigateurs d'un crime qui a bouleversé le Mexique et le monde.

Sur la base de témoignages de détenus, le ministre a indiqué que le maire avait donné "l'ordre d'affronter" les étudiants par crainte que les élèves de l'école normale d'Ayotzinapa ne sabotent un événement public que tenait son épouse comme directrice d'un organisme de protection de l'enfance.

Neuf fosses

Le maire et sa femme, soeur d'au moins trois narcotrafiquants, sont liés au cartel des Guerreros Unidos, que les autorités accusent d'avoir fait disparaître les étudiants. Selon les autorités, ce sont des policiers municipaux qui ont remis les 43 étudiants à des membres des Guerreros Unidos.

Depuis les disparitions, les autorités ont trouvé neuf fosses clandestines à Iguala et ses environs avec un total de 30 cadavres, a dit le ministre. Les expertises indiquent que 28 d'entre eux ne correspondent pas aux étudiants disparus, soulevant de nouvelles questions sur l'identité des morts.

Des manifestations se sont déroulées mercredi dans plusieurs villes du Mexique pour protester contre l'impuissance à retrouver les disparus et à faire la lumière sur cette affaire. A Iguala, des manifestants ont incendié la mairie, où aucun employé n'était sur les lieux.