Football – Coupe du monde 2022: la fédé danoise veut une enquête sur les travailleurs migrants

Les conditions de travail des ouvriers du chantier du Mondial 2022 au Qatar inquiètent de nombreuses organisations. La Fédération danoise a demandé lundi à la FIFA une enquête poussée sur le nombre de morts parmi les travailleurs migrants du chantier.
26 avr. 2021, 21:09
/ Màj. le 26 avr. 2021 à 21:09
La Fédération danoise a déclaré intensifier la pression sur la FIFA, car elle ne pense pas que les améliorations souhaitées pour les travailleurs migrants aient été atteintes.

La Fédération danoise a demandé à la FIFA d’accroître sa pression sur le Qatar afin que ce pays veille au respect des droits de l’homme en vue du Mondial 2022. Elle réclame notamment dans une lettre publiée lundi «une enquête indépendante» sur le sort des travailleurs migrants.

«Nous sommes contre l’attribution de la Coupe du monde au Qatar et nous critiquons la situation des droits de l’homme dans le pays», a déclaré dans un communiqué le directeur général de la Fédération danoise (DBU), Jakob Jensen, à l’occasion de la publication de cette lettre.

A un an et demi de la compétition prévue en novembre et décembre 2022, «nous intensifions maintenant la pression sur la FIFA, car nous ne pensons pas que les améliorations souhaitées pour les travailleurs migrants aient été atteintes. Nous voulons des actes maintenant – et le plus tôt sera le mieux», a-t-il ajouté.

 

 

La DBU demande «une enquête poussée sur le nombre de morts parmi les travailleurs migrants au Qatar». «Nous nous attendons évidemment à ce que cette enquête soit approfondie et indépendante et que les membres de la FIFA reçoivent bientôt un rapport», souligne la fédération dans cette lettre signée par ses deux dirigeants, Jakob Jensen et son président Jesper Moller.

Le Qatar est sous le feu de critiques d’organisations de défense des droits humains pour son traitement des travailleurs migrants, beaucoup d’entre eux étant selon elles exploités et travaillant dans des conditions dangereuses, sur les chantiers liés au Mondial 2022. L’émirat assure de son côté avoir fait plus que tout autre pays dans la région afin d’améliorer leurs conditions de travail.