La vallée de l'Arve, au pied du Mont-Blanc, est la plus polluée de France, les habitants se révoltent

Le Mont-Blanc, Chamonix, des noms qui font rêver et qui résonne d'un bout à l'autre de la planète. Sur place, en ce mois de décembre, alors que des dizaines de milliers de touristes s'apprêtent à débarquer, la réalité des habitants est bien plus grise. Leur vallée, celle de l'Arve, est la plus polluée de France. La situation est critique, des enfants sont privés de récréation, et la grogne s'organise et un père tourne une vidéo-choc.
14 déc. 2016, 19:19
/ Màj. le 15 déc. 2016 à 16:52
Enfants privés de récréation, accès interdit au stade par les mairies... les pouvoirs locaux font ce qu'ils peuvent pour protéger les populations.

L'Arve, c'est cette belle rivière qui s'écoule du massif du Mont-Blanc jusqu'à Genève, où elle se jette dans le Rhône. C'est le cours d'eau qui traverse les rues de la station de Chamonix, la plus connue de France, peut-être d'Europe. Le majestueux Mont-Blanc, plus haut sommet d'Europe de l'ouest avec ses 4809 mètres, s'y reflète. 

Enfin, on le distingue parfois... il faut dire que, régulièrement, en automne et en début d'hiver, un épais brouillard trouble un peu la vue. Ce "brouillard", c'est en réalité du smog, de l'air pollué. Cela dure depuis plusieurs années. Le principal coupable pour les habitants et les autorités locales? Les centaines de camions qui remontent la vallée de l'Arve pour s'engouffrer dans le tunnel du Mont-Blanc et rejoindre l'Italie. Leurs gaz d'échappement stagnent dans toute la région, de Chamonix à Annemasse. Même si le haut de la vallée, la station de Chamonix, est moins touchée

 

Mais Le Monde le rappelait récemment, en citant une étude scientifique, que les chauffages à bois, très présents dans cette région montagneuse, contribuent bien plus que le trafic automobile à cette pollution en émettant de grandes quantités de particules fines, 85% du total pour être précis. Les chercheurs sont ainsi parvenus à mettre au point un instrument capable de déterminer si une particule provient d'un feu de bois ou du pot d'échappement d'un camion. 

Habitants en colère

Pour les habitants de la région, l'origine de la pollution n'est plus la priorité. C'est désormais leur santé et celle de leurs enfants en particulier qui est devenue l'urgence. C'est surtout le secteur Sallanche-Passy, au pied de la montée vers Chamonix, qui est le plus touché, comme le montrait un reportage de TF1 cette semaine. Dans la ville de Sallanches, les élèves de l'école enfantine et primaire sont privés de récréation depuis le début du mois de décembre, rappelle le Huffington Post. 

Mardi, le père de l'un de ces enfants a décidé de filmer un "mannequin challenge" glaçant mettant en scène les 400 élèves de l'établissement, masque filtrant sur le nez et la bouche, totalement immobiles. Depuis plusieurs semaines, ils ne peuvent plus courir dans la cour de récréation, à cause de l'air surpollué. 

 

 

La vidéo a déjà été vue près de 80'000 fois ce mercredi soir sur la page Facebook des Citoyens de l'air. Ce papa, c'est Vincent Hazout et il vient d'apprendre que son fils souffre d'asthme chronique. Et ce n'est pas un cas isolé, selon France Info, qui précisait il y a une année déjà que l'hôpital local recevait 30% d'enfants malades en plus durant les pics de pollution. Beaucoup souffrent de toux chroniques et un médecin n'hésite pas à parler d'un "air mortel dans la vallée." Les statistiques de l'OMS le confirment: 60 personnes y meurent chaque année à cause de la pollution.

 

Autorités locales impuissantes

Mais que faire face à ce mal qui revient chaque année à la même époque? Du côté de la mairie de Sallanches, outre les restrictions sur la récréation, une interdiction d'accès aux terrains de football et de rugby a été prononcée, rapporte le Dauphiné Libéré. Toujours selon nos confrères français, le maire de la ville voisine de Passy a pris des mesures similaires en interdisant toute pratique sportive, l'utilisation des poêles à bois sans filtre pour les menuiseries et la circulation alternée pour les gros véhicules près des écoles et de l'EMS.

Au niveau de la préfecture de Haute-Savoie, on cible les poids lourds en instaurant des mesures de circulation alternée pour les plus anciens modèles, construits avant 2001, explique France 3. Globalement, les autorités locales se sentent impuissantes.

Une mesure qui est loin de convaincre les associations de défense de l'environnement ou des intérêts des autochtones, comme Les Sentinelles de la Vallée de l'Arve qui ont posté cette image en réaction sur leur page Facebook. 

 

 

Pour autant, dans la communauté de commune de la Vallée de Chamonix-Mont-Blanc, les autorités ont choisi d'agir sur le long terme, en favorisant les économies d'énergies. Des fonds ont été créés pour soutenir le changement des anciens chauffages à bois polluants, rénover énergétiquement les bâtiments privés et publics. "Concernant les transports, train et bus sont en libre circulation dans la vallée de Chamonix" précise Jean-Marc Milhomme, "et l'ensemble du parc de bus, près de 40 véhicules, est "propre": bus hybrides ou navettes de centre ville 100% électriques. Des bornes de recharge électrique ont été installées dans ou à proximité des parkings. La flotte municipale est électrique. Une piste cyclable est en développement... Les actions sont nombreuses et concrètes."

par Olivier Hugon