France: le démantèlement de la Jungle de Calais inquiète l'Angleterre

Le démantèlement prévu de la Jungle de Calais inquiète l'Angleterre, qui craignent une précarité accrue des populations migrantes.
22 oct. 2016, 19:34
/ Màj. le 22 oct. 2016 à 19:36
Un démantèlement trop rapide de la Jungle de Calais pourrait malmener les populations migrantes.

Des ONG et élus britanniques ont écrit au ministre de l'Intérieur français Bernard Cazeneuve pour lui demander d'assurer la sécurité et la prise en charge des migrants pendant le démantèlement de la "Jungle" de Calais. L'opération débutera lundi matin.

Dans une lettre datée de vendredi et dont l'AFP a obtenu copie, les signataires font part de leurs "très sérieuses inquiétudes concernant la sécurité et le bien-être des mineurs non accompagnés (MNA) et des adultes vulnérables" se trouvant dans le camp. Un lieu où s'entassent sur une dizaine d'hectares entre 6400 et 8100 migrants.

"Nous ne pouvons accepter qu'un démantèlement insuffisamment préparé vienne précariser encore davantage une population déjà fragilisée", ajoute la lettre. Elle est notamment signée par une quinzaine d'associations caritatives et une soixantaine de membres du Parlement de Westminster.

Les signataires insistent sur la sécurité des migrants. Ils appellent à ce que "tous les mineurs non accompagnés présents soient mis à l'abri avant le début du démantèlement".

Ils réclament "des postes d'urgence médicale", des "véhicules incendie et des extincteurs", mais aussi la présence d'"observateurs indépendants (...) pendant toute l'opération de démantèlement, au regard des allégations de violation des droits des personnes au cours des précédents démantèlements".

Accueil des MNA

Sur place, des fonctionnaires entameront dès dimanche après-midi des tournées pour informer les migrants du déroulement détaillé de l'opération. Celle-ci est prévue pour durer une semaine.

L'évacuation pose la question de la prise en charge des quelque 1290 mineurs isolés recensés. Environ 500 d'entre eux auraient des attaches familiales au Royaume-Uni. Un sujet que les signataires de la lettre ont également évoqué.

"Toute personne éligible à la réunification familiale avec le Royaume-Uni" doit être "identifiée et accompagnée dans ses démarches", disent-ils. Le gouvernement britannique a accéléré ces derniers jours les procédures pour l'accueil des mineurs.