France: manifestation anti-nucléaire à Fessenheim

700 personnes ont manifesté samedi aux abords de la centrale nucléaire de Fessenheim en France à l'ocassion du premier anniversaire de l'accident nucléaire de Fukushima.
05 août 2015, 15:52
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
108619739

Des centaines de militants anti-nucléaires, dont de nombreux Allemands, ont manifesté samedi aux abords de la centrale nucléaire de Fessenheim, dans l'est de la France, à l'occasion du premier anniversaire de l'accident nucléaire de Fukushima au Japon.

A Fessenheim, environ 700 personnes selon la préfecture ont réclamé la fermeture de la plus ancienne centrale du parc nucléaire français, mise en service en 1977. Plus de la moitié des manifestants venaient de l'Allemagne voisine, ont indiqué les organisateurs.

"Un an après la catastrophe de Fukushima, on a marqué fortement la détermination des populations qui demandent la fermeture de cette vieille dame sous perfusion qu'est la centrale de Fessenheim", a déclaré à l'AFP André Hatz, de l'association Halte au Nucléaire, co-organisatrice de la manifestation.

De leur côté, une soixantaine de salariés de la centrale de Fessenheim, mobilisés contre la fermeture, s'étaient réunis devant la centrale, à l'appel d'une intersyndicale, "en solidarité avec le peuple japonais".

Chaîne humaine

"C'était un hommage pour les victimes du séisme qui a touché le Japon le 11 mars 2011, ce n'était pas une manifestation dans le cadre de notre combat pour défendre notre centrale", a précisé Jean-Luc Cardoso, délégué syndical CGT, trouvant "déplacé" le discours des adversaires du nucléaire.

A Metz (est), environ 350 personnes se sont réunies selon la police pour réclamer "la sortie du nucléaire", à l'appel notamment de Sortir du Nucléaire, du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) et d'Europe Ecologie Les Verts (EELV). Dimanche, des milliers de personnes sont attendues dans la vallée du Rhône entre Lyon et Avignon, pour former une "chaîne humaine pour sortir du nucléaire".

Ces manifestations sont organisées un an après l'accident nucléaire à la centrale de Fukushima, consécutif au séisme et au tsunami du 11 mars 2011, qui ont fait plus de 19'000 morts et disparus dans le nord-est du Japon. Il s'agit de la plus grave catastrophe atomique depuis celle de Tchernobyl en 1986.