Fukushima n'est plus un obstacle pour l'économie du Japon

Le premier ministre japonais, Yoshihiko Noda, a déclaré vendredi en Indonésie que son pays s'était largement relevé du séisme du 11 mars et que la situation de la centrale nucléaire de Fukushima n'était plus «un obstacle» pour l'économie nippone.
03 août 2015, 19:23
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
yoshihiko_noda_key

«Huit mois ont passé depuis le séisme (...), les infrastructures et l'économie locale dans les zones affectées sont rétablies (...), de nombreuses usines ont restauré leur chaîne d'approvisionnement»,  a déclaré Yoshihiko Noda au sommet de l'Association des nations d'Asie du  Sud-Est (Asean) à Nusa Dua, sur l'île indonésienne de Bali.

Les trois réacteurs de la centrale nucléaire Fukushima Daiichi  endommagés le 11 mars sont «en phase stable de refroidissement» et  «l'accident nucléaire (de Fukushima) n'est plus un obstacle pour  l'économie du Japon», a-t-il ajouté.

L'économie japonaise connaît un redressement spectaculaire après  le séisme et le tsunami qui ont dévasté la région du Tohoku (nord- est), détruisant ou endommagant des infrastructures et des usines,  perturbant la logistique des entreprises et rompant leurs chaînes  d'approvisionnement.

Après avoir baissé sans discontinuer du quatrième trimestre 2010  au deuxième trimestre 2011, le produit intérieur brut (PIB) de la troisième puissance économique mondiale a crû de 1,5% entre juillet et septembre par rapport à la période d'avril à juin. En rythme annualisé, la progression a atteint 6,%.

«Il s'agit de bien plus qu'un simple redressement après une catastrophe. Le processus de redressement en soi génère des forces  puissantes qui encouragent l'innovation. Le redressement n'est pas une restauration du passé», a insisté le chef du gouvernement japonais.