Fukushima: nombreux cas de cancer chez les jeunes

De nombreux cas de cancer ont été relevés sans que la corrélation soit formellement établit avec les fuites de la centrale. Le délai serait trop court pour faire le lien.
07 août 2015, 11:42
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
epa03618728 A man prays for the victims killed by the tsunami following the 11 March 2011 magnitude-9.0 earthquake on the sandy shore at Arahama in Sendai, Miyagi Prefecture, northern Japan, 11 March 2013. Japan marks the second anniversary of the 2011 earthquake and tsunami that was killing and missing about 20,000 people in northern Japan.  EPA/KIMIMASA MAYAMA

Une étude sur l'impact des radiations de la catastrophe de Fukushima sur les habitants de la région a révélé que 18 personnes de moins de 18 ans avaient un cancer de la thyroïde. Le lien avec le désastre atomique n'est pas pour autant établi.

Des tests ont été effectués sur quelque 200'000 personnes âgées de 18 ans ou moins par un comité de suivi de la santé des habitants de la région.

Le nombre de cancers avérés s'établit désormais à 18, soit six de plus que lors du précédent rapport datant de juin dernier et portant sur un nombre moins important de personnes. Le nombre de cas suspects est quant à lui passé de 15 à 25.

Les spécialistes mandatés par les autorités préfectorales considèrent cependant que ces cancers ne sont pas directement liés à l'accident atomique du 11 mars 2011. Ils fondent cet avis sur des données comparatives, notamment dans le cas du désastre de Tchernobyl, en 1986 en Ukraine.

Il serait selon eux encore trop tôt pour que ces cancers soient déjà apparus, seulement un peu plus de deux ans après la catastrophe. Il est estimé qu'il faut de trois à cinq ans pour qu'un lien de cause à effet puisse être établi.