Grande-Bretagne: les services secrets recrutent de jeunes as des jeux vidéos

Les services de renseignement britanniques recherchent des jeunes férus de réseaux sociaux et de jeux vidéos, afin d'aider à contrer les attaques informatiques.
06 août 2015, 14:52
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
People playing the latest video games at the gamescom 2011 computer game fair in Cologne, Germany, Thursday, Aug. 18, 2011. 550 exhibitors from around the world show the latest world premieres at what is supposed to be the world's largest fair for interactive entertainment. The video games sector has become one of the most dynamic industries.  (AP Photo/Martin Meissner)

La Grande-Bretagne a lancé jeudi une campagne inédite de recrutement pour ses services de renseignement. Elle recherche des jeunes qui n'ont pas fait d'études supérieures, mais sont férus de réseaux sociaux et de jeux vidéos, afin d'aider à contrer les attaques informatiques.

"Nous voulons accroître notre effort pour dénicher les plus talentueux pour nous aider à conserver notre expertise dans le domaine informatique", a souligné le ministre britannique des Affaires étrangères William Hague.

"Ce sont les jeunes innovateurs de la nouvelle génération, qui assureront la sécurité de notre pays dans les années à venir face à des menaces aussi sérieuses que celles que nous avons connues pendant la Seconde Guerre mondiale", a poursuivi le ministre.

Une centaine de jeunes recherchés

Une centaine de "jeunes de la génération +X-Box+", une console de jeux vidéo, qui ont "grandi dans le monde des réseaux sociaux et des jeux interactifs", vont être recrutés et formés pour intégrer les services de renseignement britanniques, dans le cadre d'un "nouveau schéma d'apprentissage", a précisé le Foreign Office dans un communiqué.

Ces jeunes n'auront pas besoin de sortir de l'université. Un diplôme de fin d'études secondaires ou une qualification professionnelle dans le domaine des sciences ou de la technologie suffiront pour faire acte de candidature.

Le Royaume-Uni a fait de la lutte contre la cybercriminalité une des priorités de sa politique de défense.