Hong Kong: comparés à des esclaves, les militants pro-démocratie s'insurgent

Une femme d'affaires hong-kongaise a comparé les manifestants pro-démocratie aux esclaves afro-américains. 7000 personnes ont signé une pétition en ligne pour réclamer des excuses.
07 août 2015, 14:24
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
In this Wednesday, Oct. 29, 2014 photo, pro-democracy protesters camp in the occupied areas outside government headquarters in Hong Kong's Admiralty. Even as protesters remain locked in a weeks-long stalemate with city officials over demands for electoral reforms, political analysts say this 7.2 million-person financial capital could be seeing the birth of a newly awakened generation that will continue demanding democracy and take to the streets to push for it. (AP Photo/Kin Cheung)

Quelque 7000 personnes avaient signé samedi une pétition réclamant des excuses d'une femme d'affaires hong-kongaise qui a comparé les manifestants pro-démocratie aux esclaves afro-américains. Elle suggérait qu'ils devraient "attendre un peu" pour obtenir la liberté.

"Les esclaves américains ont été affranchis en 1861 mais n'ont eu le droit de vote que 107 ans plus tard, alors pourquoi Hong Kong ne peut-il pas attendre un peu?", a déclaré Laura Cha, membre du conseil de direction de la banque HSBC citée par le quotidien "The Standard" vendredi.

Une pétition en ligne dénonçant ses propos et réclamant des excuses a rapidement recueilli quelque 7000 signatures sur le site internet Change.org. Les militants pro-démocratie occupent des grandes artères de Hong Kong depuis plus d'un mois. Ils exigent l'instauration du suffrage universel lors de l'élection du prochain chef de l'exécutif local en 2017.

Pékin a réservé à une commission de grands électeurs majoritairement favorables au Parti communiste chinois (PCC) le soin de pré-sélectionner les candidats, ce que les manifestants estiment être une "parodie de démocratie".

Laura Cha, qui siège aussi au sein du Conseil exécutif de Hong Kong, a déclaré qu'elle ne voulait pas offenser qui que ce soit et "regrette" que ses commentaires aient affecté certaines personnes. Mais pour les auteurs de la pétition en ligne les déclarations de Laura Cha sont "extrêmement insultantes" et démontrent "un manque de compréhension de l'histoire américaine".

"Nous trouvons de très mauvais goût la comparaison entre le droit de vote de citoyens hong-kongais ordinaires et le difficile parcours des anciens esclaves pour l'obtention du droit de vote", a déclaré Jeffrey Chan, qui a lancé la pétition.