Inde: au moins 14 morts et 119 blessés dans des attentats à Hyderabad

Les explosions simultanées de bombes dans la banlieue de Hyderabad dans le sud de l'Inde ont tué jeudi au moins quatorze personnes et fait plus d'une centaine de blessés.
07 août 2015, 11:02
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
An official of India's National Investigation Agency collects evidence from the debris at one of the two bomb blast sites, in Hyderabad, India, early Friday, Feb. 22, 2013. A pair of bombs exploded Thursday evening in a crowded shopping area in the southern Indian city of Hyderabad, killing at least 12 people and wounding scores of others in the worst bombing in the country in more than a year, officials said. (AP Photo/Aijaz Rahi)

Au moins 14 personnes ont été tuées et plus d'une centaine blessées jeudi en Inde dans les explosions simultanées de bombes dans la banlieue de Hyderabad (sud), selon un bilan revu en baisse vendredi par la police. Celle-ci y voit une "attaque terroriste".

Ces attentats surviennent peu après l'exécution, le 7 février, d'un musulman séparatiste du Cachemire, condamné à mort pour sa participation à l'attaque islamiste meurtrière contre le Parlement de New Delhi en décembre 2001 qui avait failli déclencher un conflit avec le Pakistan. L'Inde était en alerte depuis deux semaines.

"Le nombre total des morts est de 14, le nombre de blessés est de 119. Six sont dans un état critique", a déclaré vendredi le ministre de l'Intérieur indien Sushil Kumar Shinde. La police avait avancé jeudi le nombre de 20 morts et d'une cinquantaine de blessés.

Deux bombes

Au moins deux bombes, placés sur des vélos, ont explosé, secouant un quartier commercial à majorité hindoue de la banlieue de Hyderabad, où vit une grosse minorité musulmane.

"Il s'agit sans aucun doute d'une attaque terroriste", a déclaré jeudi un responsable de la police d'Hyderabad, Shiv Kumar. Le Premier ministre Manmohan Singh a dénoncé un "acte lâche" et a appelé à punir leurs auteurs.

D'après le secrétaire indien aux Affaires étrangères Ranjan Mathai, qui a rencontré à Washington le secrétaire d'Etat américain John Kerry, les auteurs des attaques ne sont pas identifiés, mais il n'a pas écarté une implication étrangère. Sans parler explicitement du Pakistan, que l'Inde accuse régulièrement après des attentats sur son territoire.

M. Kerry a quant à lui exprimé sa "compassion pour la population courageuse de Hyderabad", tandis que son ministère a "condamné avec la plus grande force une attaque lâche" et assuré que "les Etats-Unis se tenaient aux côtés de l'Inde pour combattre le fléau du terrorisme".

L'Inde a amélioré sa sécurité depuis les attentats de Bombay en novembre 2008, qui avaient fait 166 morts. Mais les experts estiment que les forces de sécurité manquent cruellement de coordination avec les services de renseignement.

Islamistes

Selon un haut responsable de la police, des islamistes du groupe des Moudjahidine Indiens (IM) interrogés par la police l'an dernier avaient évoqué la possibilité d'attaquer le quartier d'Hyderabad.