Intempéries au Maroc: au moins 28 personnes sont mortes, 5 sont portées disparues

De très violentes crues ont causé la mort d'au moins 28 personnes ce week-end, dans le sud du Maroc. Le nombre des portés disparus s'élève pour l'heure à 5.
07 août 2015, 14:29
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Il a plu jusqu'à 250 mm en quelques heures sur certaines régions du Maroc.

Au moins 28 personnes sont mortes dans les intempéries "exceptionnelles" qui ont touché depuis ce week-end le sud-ouest du Maroc, selon bilan officiel provisoire publié par les autorités. Cinq personnes sont encore portées disparues sur l'ensemble des régions touchées.

De violents orages ont entraîné des inondations et d'impressionnantes crues d'oueds (rivières) dans une large partie du sud du royaume, au pied des massifs de l'Atlas, dont certains sommets culminent à plus de 4000 m. Une alerte météo restait en vigueur jusqu'à lundi midi, mais les violentes pluies semblaient avoir cessé en matinée.

Onze nouveaux cadavres ont été repêchés à proximité de l'oued Talmaadart, dans la région de Guelmim, selon les autorités locales citées par l'agence MAP, portant ainsi à 28 le nombre de morts.

Ce secteur de Guelmim, ville située à 200 km au sud d'Agadir, aux portes du Sahara, est le plus touché avec 24 victimes décédées, selon la même source. Parmi elles, six, dont une fillette de neuf ans, ont été emportées par les eaux en furie de l'oued Tamsourt.

Deux autres personnes sont encore portées disparues dans la zone, et au moins cinq sur l'ensemble des régions touchées, dont celles de Ouarzazate et Marrakech.

Importants dégâts

"On n'a jamais vu cela depuis les inondations de 1986. La crue de l'oued Oum el Achar a atteint un niveau jamais constaté. Les habitants ont eu très peur", a déclaré par téléphone à l'AFP Mustapha Al-Gemrani, un habitant de Guelmim.

Les quotidiens marocains affichaient lundi en Une les photos, impressionnantes, des eaux boueuses des oueds charriant arbres et véhicules, et submergeant routes et ponts.

Les dégâts matériels sont importants: dimanche après-midi, une centaine de "maisons en pisé" avaient été totalement ou partiellement détruites, et plusieurs dizaines de routes coupées, dont six nationales, selon les autorités.

De leur côté, les autorités ont assuré que les services du ministère de l'Intérieur, les Forces armées royales (FAR) et la Gendarmerie royale poursuivaient "leurs efforts en vue de secourir les personnes qui sont encore encerclées par les crues, à travers la mobilisation d'importants moyens".

Faits peu rares

Les intempéries et crues ne sont pas rares au Maroc, où quatre enfants sont ainsi morts noyés, emportés par un oued près de Ouarzazate en septembre.

L'intensité des dernières précipitations est toutefois à souligner: selon la chaîne 2M, elles ont atteint 250 mm en quelques heures sur certains massifs, l'eau dévalant ensuite les pentes jusqu'aux plaines semi-désertiques du Sud marocain.

Les autorités ont renforcé ces dernières années les systèmes d'alerte dans certaines vallées de l'Atlas, en particulier celle de l'Ourika, au sud de Marrakech. Cette région touristique avait été endeuillée en 1995 par des crues ayant fait des centaines de victimes.

Dix-huit personnes sont en outre portées disparues, dont 15 dans cette même province, située aux portes du Sahara. Elles sont "activement recherchées", avait précisé dimanche soir le ministère de l'Intérieur, d'après lequel "130 véhicules de sauvetage tout terrain, 335 zodiacs et embarcations" sont notamment mobilisés.

Selon la même source, les opérations de secours ont permis le sauvetage de "200 personnes en situation de danger, dont 40 à l'aide des hélicoptères des Forces armées et de la gendarmerie royale".

Lundi, les quotidiens marocains affichaient en Une les photos, impressionnantes, des eaux boueuses des oueds charriant arbres et véhicules, et submergeant routes et ponts.

Dégâts importants

Les dégâts matériels sont importants: dimanche après-midi, une centaine de "maisons en pisé" avaient été totalement ou partiellement détruites, et plusieurs dizaines de routes coupées, dont six nationales, selon les autorités.

Les intempéries et crues ne sont pas rares au Maroc, où quatre enfants sont ainsi morts noyés, emportés par un oued près de Ouarzazate en septembre.

L'intensité des dernières précipitations est toutefois à souligner: selon la chaîne 2M, elles ont atteint 250 mm en quelques heures sur certains massifs, l'eau dévalant ensuite les pentes jusqu'aux plaines semi-désertiques du Sud marocain.