Irak: 30 morts dans des attentats de l'EI contre un marché, près de Mossoul

Une attaque terroriste contre un marché près de Mossoul a fait au moins 30 morts jeudi en Irak.
22 déc. 2016, 15:13
/ Màj. le 22 déc. 2016 à 19:19
L'attaque a été perpétrée au moyen de trois voitures piégées.

Au moins 30 personnes ont été tuées jeudi dans trois attentats simultanés à la voiture piégée dans une localité du nord de l'Irak reprise récemment aux djihadistes, a indiqué l'armée. Ils ont tous été revendiqués par le groupe Etat islamique (EI).

"Une attaque terroriste perpétrée au moyen de trois voitures piégées contre un marché de Gogjali a tué au moins15 civils et 8 policiers", a indiqué le Centre de coordination des opérations contre l'EI lors d'un premier bilan. L'attaque a été revendiquée par l'EI qui a évoqué des attentats commis par trois kamikazes au volant de voitures piégées.

 

Gogjali est située à la lisière est de Mossoul, le fief de l'EI depuis l'été 2014 qui est visé par une offensive des forces irakiennes depuis le 17 octobre. Le 1er novembre, dans le cadre de cette offensive, les unités d'élite irakiennes étaient entrées à Gogjali pour en chasser les derniers djihadistes.

Les forces irakiennes soutenues par la coalition internationale antidjihadistes menée par les Etats-Unis ont réussi à prendre le contrôle de quartiers dans l'est de Mossoul, mais l'EI continue de contrôler l'Ouest et les combats de rue sont féroces.

HRW: enfants recrutés par le PKK

Quatre travailleurs humanitaires irakiens et au moins sept civils ont en outre été tués cette semaine par des tirs de mortier dans deux régions à l'est de Mossoul, ont rapporté les Nations unies jeudi. Ils ont été visés alors qu'ils distribuaient de l'aide. L'ONU ne désigne aucun responsable pour ces deux incidents.

Par ailleurs, deux groupes armés liés au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) recrutent dans le nord de l'Irak des enfants soldats qui ont participé pour certains à des combats. C'est ce qu'a dénoncé jeudi Human Rights Watch (HRW) qui demande leur "démobilisation".