Irak: des centaines de soldats américains envoyés en renfort

Ashton Carter, chef du Pentagone, a annoncé lundi à Bagdad le déploiement de 560 militaires supplémentaires en Irak pour aider les forces gouvernementales à lutter contre l'Etat islamique (EI). Cette annonce survient alors que M. Carter effectuait sa quatrième visite en Irak depuis sa prise de fonction en février 2015.
11 juil. 2016, 18:56
/ Màj. le 11 juil. 2016 à 19:00
"Ces effectifs supplémentaires apporteront aux forces irakiennes un soutien notamment en matière de capacités logistiques et en infrastructures sur la base aérienne de Qayyarah", précise Ashton Carter.

Le chef du Pentagone Ashton Carter a annoncé lundi à Bagdad l'envoi de centaines de soldats supplémentaires en Irak. Il s'agit d'aider les forces gouvernementales à lutter contre l'Etat islamique (EI) et surtout à reprendre la ville de Mossoul.

"Devant les récentes avancées des forces de sécurité, M. Carter a annoncé que les Etats-Unis, en étroite coordination avec le gouvernement irakien, déploiera 560 militaires supplémentaires en Irak pour poursuivre sur cette lancée", a indiqué un communiqué du Pentagone.

"Ces effectifs supplémentaires apporteront aux forces irakiennes un soutien notamment en matière de capacités logistiques et en infrastructures sur la base aérienne de Qayyarah", a-t-il précisé.

Sa visite survient deux jours après la reprise par les forces irakiennes de cette base à quelque 60 km au sud de Mossoul, perçue comme une étape cruciale en vue de la bataille pour la reconquête de la deuxième ville d'Irak aux mains de l'EI depuis juin 2014.

 

 

Plus de 4600 militaires

L'accroissement des effectifs militaires américains portera à 4650 le nombre de militaires des Etats-Unis déployés en Irak, essentiellement pour des missions de formation des troupes irakiennes.

Cette annonce survient alors que M. Carter effectuait sa quatrième visite en Irak depuis sa prise de fonction en février 2015, rencontrant le Premier ministre Haider Al-Abadi et son homologue Khaled al-Obeidi.

Durant ces entrevues, M. Carter a mis l'accent sur les succès de la campagne anti-EI. Après l'attentat suicide du 4 juillet à Bagdad qui a fait près de 300 morts, l'un des plus sanglants en Irak depuis l'invasion américaine de 2003, il a aussi présenté ses condoléances au Premier ministre.