Réservé aux abonnés

«J’espère recevoir mon salaire»

Témoignage des répercussions de la crise économique et politique, alors que le Parlement se prononçait hier sur la destitution de la présidente.
17 avr. 2016, 23:39
/ Màj. le 18 avr. 2016 à 00:01
President of the Chamber of Deputies Eduardo Cunha, center on the table, starts the session on whether or not to impeachment President Dilma Rousseff, in Brasilia, Brazil, Sunday, April 17, 2016. The vote will determine whether the impeachment proceeds to the Senate. Rousseff is accused of violating Brazil's fiscal laws to shore up public support amid a flagging economy. (AP Photo/Eraldo Peres) Brazil Political Crisis

Propos recueillis par

Pierre-André Sieber

La présidente brésilienne Dilma Rousseff jouait hier soir à quitte ou double son mandat. Les députés du Parlement devaient décider de son sort au terme de la fin de la procédure de destitution. Depuis Campos ville de l’Etat de Rio située à 350 km de Rio de Janeiro, Marcio Folly n’a pas perdu une miette de ce vote au Parlement de Brasilia qui peut directement toucher le fonctionnement de l’établissement où il travaille, l’Université Estadual do norte Fluminense de Rio de Janeiro.

Formé en partie en Suisse, ce professeur de microbiologie suisso-br...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois