Japon: ordres d'évacuation pour 4500 habitants d'Hiroshima

Devant la menace de nouveaux glissements de terrain, la préfecture de Hiroshima a ordonné vendredi l'évacuation de quelques 4500 habitants.
07 août 2015, 14:07
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Le bilan encore provisoire des forces de l'ordre fait désormais état de 39 morts et 52 disparus.

La préfecture d'Hiroshima a donné vendredi l'ordre à près de 4500 personnes de quitter leur maison en raison de nouveaux risques de glissements de terrain dans cette agglomération du sud-ouest du Japon. Quelque 164'000 autres sont visées par des recommandations de partir.

Le bilan encore provisoire des forces de l'ordre fait désormais état de 40 tués et 47 disparus. Depuis jeudi soir, il a recommencé à pleuvoir et d'importantes précipitations et violents orages sont attendus à la mi-journée, faisant redouter de nouvelles coulées de boue après celles meurtrières de la nuit de mardi à mercredi.

"Nous prenons d'abord en compte les personnes dont nous sommes certains qu'elles ont disparu, par exemple sur la foi de témoignages de personnes les ayant vues être emportées par la boue, mais le nombre croît à mesure que nous évaluons la situation", a expliqué à un responsable de la police municipale d'Hiroshima.

Les recherches avaient été provisoirement suspendues vendredi après-midi et les sauveteurs évacués de craintes de nouvelles coulées de boue, mais leur travail a repris.

Plus de 2800 pompiers, policiers et soldats des forces d'autodéfense avaient été dépêchés sur place jeudi. Aidés de bénévoles, ils ont oeuvré sous une chaleur de plomb dans les décombres des arrondissements saccagés d'Asaminami et Asakita, sans découvrir de nouveaux corps.

Fortes craintes

Plus meurtriers que beaucoup de séismes au Japon, où les constructions parasismiques sont efficaces, ces terribles éboulements de terre en partie liquéfiée et de blocs de pierre mêlés résultent de pluies diluviennes: il est tombé en trois heures sur les zones touchées plus d'eau qu'en un mois habituellement, selon les météorologues.

Près de 200 maisons ont été détruites ou inondées par les coulées de boue. Environ 30 glissements ont eu lieu à peu près simultanément, selon un rapport du ministère de l'Aménagement du territoire.

Les autorités redoutent désormais un désastre en chaîne: vu l'état actuel des sols, il suffit en théorie de peu de pluie pour que se produisent de nouvelles coulées de boue, préviennent les experts.

D'autres régions, également victimes de pluies torrentielles, sont aussi visées par des alertes aux glissements de terrain.