L'armée israélienne a quitté Gaza

Après un mois de guerre, tous les soldats israéliens ont quitté la bande de Gaza mardi matin. Une trêve de trois jours a été acceptée.
07 août 2015, 14:02
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
epa04339639 A Palestinian woman walks between destroyed houses and Israeli tank tracks in Khuzaa, central Gaza Strip, 03 August 2014. Israeli ground troops withdrew from the Gaza Strip, but airstrikes continued, killing at least 15 Palestinians. The Palestinian death toll has risen to at least 1,737 since 08 July, including about 400 children, the Gaza Health Ministry said. Sixty-three Israeli soldiers, two Israeli civilians and a Thai national have also been killed. Rights groups have estimated that more than 10,000 houses were destroyed or badly damaged by Israel.  EPA/OLIVER WEIKEN

Une trêve de 72 heures est entrée en vigueur mardi dans la bande de Gaza dans l'espoir de favoriser des négociations pour parvenir à une cessation durable des hostilités entre Israël et le Hamas. L'armée israélienne s'est également retirée de ce territoire.

Dans les dernières minutes avant l'instauration de la trêve au 29e jour de guerre, les deux ennemis se sont livrés à une démonstration de leurs forces respectives. Le Hamas a tiré une salve de roquettes de longue portée, la qualifiant de vengeance pour les "massacres" israéliens. Les sirènes d'alerte ont retenti dans le sud d'Israël et jusqu'aux abords de Jérusalem. Aucune victime n'a été signalée.

De son côté, l'aviation israélienne a mené une série de raids contre plusieurs localités de la bande de Gaza, ont rapporté une porte-parole de l'armée et la branche armée du Hamas. Ces derniers raids aériens n'ont pas fait de blessé côté palestinien, selon les secours locaux.

Retrait israélien

Toutes les trêves précédentes ont volé en éclats, y compris la seule acceptée par Israël et l'organisation islamiste vendredi. Elle s'est transformée en un bain de sang. Cette nouvelle trêve, obtenue avec la médiation de l'Egypte et des Etats-Unis, coïncide cependant avec l'annonce par Israël de son retrait total du territoire ravagé.

"L'armée israélienne sera redéployée en dehors de la bande de Gaza sur des positions défensives (ndlr en Israël) dès l'entrée en vigueur du cessez-le-feu", a dit à la presse un porte-parole de l'armée, Peter Lerner.

Mark Regev, porte-parole du Premier ministre Benjamin Netanyahu, a déclaré qu'Israël respecterait le cessez-le-feu tel qu'il a été convenu et négocié via les Egyptiens. "Si le Hamas viole le cessez-le-feu, Israël est prêt à répondre", a-t-il dit.

Selon un responsable israélien souhaitant rester anonyme, l'Etat hébreu devrait envoyer plusieurs délégués aux négociations qui se déroulent au Caire, ce qui marquerait un changement notable, Israël ayant jusqu'ici refusé de se joindre à ces discussions avec des délégations palestiniennes.

Exigences contradictoires

Sur les ondes de la radio de l'armée, le ministre israélien des Affaires stratégiques Yuval Steinitz a rappelé que, pour le moment, "il n'y a aucun accord". "Comme nous l'avons déjà dit, le calme répondra au calme", a-t-il déclaré.

Le Hamas, maître de la bande de Gaza depuis sept ans, a également informé l'Egypte de sa décision d'observer la trêve, a déclaré son porte-parole, Sami Abou Zouhri.

Les pourparlers s'annoncent difficiles entre deux camps aux exigences totalement opposées, chacun refusant à l'autre toute légitimité. Le Hamas réclame ainsi la levée du blocus israélien qui étouffe l'économie du territoire et la libération des prisonniers arrêtés en juin durant la traque en Cisjordanie par Israël des assassins de trois adolescents israéliens.

Benjamin Netanyahu exige de son côté le désarmement du Hamas et la démilitarisation de la bande côtière, demandes jusqu'ici rejetées par les islamistes, qui ont tiré plus de 3300 roquettes ou obus de mortier en direction d'Israël au cours du mois écoulé.

Démilitariser Gaza

"Pour Israël, la question la plus importante est celle de la démilitarisation. Nous devons empêcher le Hamas de se réarmer, nous devons démilitariser la bande de Gaza", a déclaré Mark Regev.

Peter Lerner a annoncé que l'armée israélienne avait achevé au cours de la nuit la destruction du dernier des 32 tunnels creusés par le Hamas dans la bande de Gaza afin de mener des incursions transfrontalières en Israël. Des responsables israéliens préviennent toutefois que certains tunnels pourraient avoir échappé à la vigilance de l'armée.

Nuit calme

Sur le terrain, la nuit précédant le cessez-le-feu a été la plus calme de la guerre, ont constaté des journalistes sur place. Les secours, habitués à compter les morts par dizaines chaque jour depuis le début des hostilités le 8 juillet, rapportaient deux morts mardi matin, des victimes ayant succombé aux blessures de la veille.

Près de Beit Hanoun, au nord de l'enclave, des dizaines de Palestiniens rentraient en voitures et en charrettes tirées par des ânes, dans des zones qu'ils avaient reçu l'ordre de quitter par l'armée israélienne.