Réservé aux abonnés

L’autogoal du président Santos

03 oct. 2016, 23:39
/ Màj. le 04 oct. 2016 à 00:01
Opponents to the peace deal signed between the Colombia government and rebels of the Revolutionary Armed Forces of Colombia, FARC, attend an event to promote the "No" vote in the upcoming referendum in Bogota, Colombia, Saturday, Oct 1, 2016. Colombians go to the polls on Oct. 2 in a referendum where they will be asked to ratify or reject the accord. (AP Photo/Ariana Cubillos) Colombia Peace

Malgré une campagne d’envergure, le pouvoir colombien n’a pas réussi à faire accepter l’accord de paix avec la guérilla des Farc. Le non au référendum organisé dimanche l’a emporté par près de 50,2% des votes, contre 49,8% de oui. Hier, le chef suprême des Farc, Timoleon Jiménez, s’est dit prêt à «rectifier» l’accord de paix noué avec le gouvernement.

Le conflit colombien, qui au fil des décennies a impliqué plusieurs rébellions d’extrême gauche, des paramilitaires d’extrême droite et les forces armées, a fait au moins 260 000 morts, 45 000 disparus et 6,8 millions...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois