L'EI approche de Kobané en s'emparant d'une colline des environs

Une colline clé surplombant la ville de Kobané près de la frontière turque en Syrie, est presque tombée aux mains de djihadistes de l'Etat islamique samedi.
07 août 2015, 14:18
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
L'Etat islamique (EI), qui tente de prendre la ville syrienne de Kobané, située près de la frontière turque (photo), s'est emparé samedi soir d'une partie d'une colline clé surplombant cette ville.

L'Etat islamique (EI), qui tente de prendre depuis trois semaines aux forces kurdes la ville syrienne de Kobané, située près de la frontière turque, s'est emparé samedi soir d'une partie d'une colline clé surplombant cette ville. Mais la progression des jihadistes est freinée par les frappes de la coalition, ont indiqué dimanche une ONG et un militant.

"L'EI a réussi à prendre la partie sud de la colline de Machtanour située au sud-est" de la localité assiégée de Kobané (Aïn el-Arab en arabe), a déclaré dimanche le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane.

Il a fait état de sept nouvelles frappes samedi soir venant des avions de la coalition contre les positions de l'EI, ce qui, selon lui, "entrave l'avancée du groupe en direction de la ville."

"Les frappes ont provoqué des pertes humaines", a ajouté M. Abdel Rahmane, dont l'organisation s'appuie sur un large réseau d'informateurs, de militants et de sources médicales en Syrie.

Selon lui, si les jihadistes s'emparent de la totalité de cette colline, "toute la ville de Kobané sera dans leur viseur et sa prise deviendra plus facile". Il a encore indiqué que les combats avaient fait "des centaines de morts dans les deux camps" depuis le début de l'assaut jihadiste le 16 septembre dernier.

Appui de la coalition bienvenu

Les jihadistes de l'EI, qui se trouvent à un ou deux kilomètres de la ville selon les endroits, avaient tiré vendredi et samedi une centaine d'obus à partir du front est et sud-est, selon l'OSDH.

Dimanche, les tirs ont repris par intermittence, selon un militant de la région. "Si la coalition n'avait pas lancé des raids hier (samedi), l'EI serait maintenant dans le centre de Kobané", selon lui.

L'OSDH a fait état de 23 morts samedi dans les rangs des Unités de protection du peuple (YPG), la principale milice kurde syrienne qui défend Kobané, et de 33 dans ceux de l'EI, dans les combats et les bombardements.