L'ex-chef des renseignements libyen Al-Senoussi arrêté en Mauritanie

La Libye, la France et la Cour pénale internationale (CPI) réclament l'extradition du colonel libyen Abdallah Al-Senoussi, ex-chef des renseignements de Mouammar Kadhafi, à la Mauritanie.
05 août 2015, 16:05
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
al_senoussi

Arrêté samedi à Nouakchott, l'homme est  accusé de multiples crimes.

Interpol a annoncé ce dimanche la diffusion d'une demande  d'arrestation pour extradition, à la requête de la Libye, du colonel  libyen. Cette demande (une «notice rouge» dans le langage  d'Interpol) vise différentes fraudes dont «le détournement de fonds  publics et l'abus de pouvoir pour un bénéfice personnel», a annoncé  l'organisation policière internationale.

L'alerte a été envoyée aux 190 pays membres d'Interpol et  s'ajoute à une précédente «notice rouge» visant le colonel Al- Senoussi et émise à la demande de la CPI pour «crimes contre  l'humanité».

Le gouvernement libyen avait annoncé samedi avoir demandé à la  Mauritanie l'extradition du pilier de l'ancien régime de Tripoli,  arrêté dans la nuit de vendredi à samedi à l'aéroport de Nouakchott  à son arrivée de Casablanca (Maroc), par un vol régulier, muni d'un  faux passeport malien.

Pour un Etat de droit

La demande libyenne a été favorablement reçue par Interpol, a  souligné l'organisation. Interpol «s'est engagé à soutenir les  efforts de la Libye dans son objectif de reconstruire le pays et  d'établir un Etat de droit et cette demande de notice rouge visant  Al-Senoussi est une démonstration claire de leur engagement» dans ce  sens, s'est félicité Ronald K. Noble, secrétaire général d'Interpol.

Entendu par la police

En attendant, le colonel Senoussi était toujours entendu dimanche  par la police mauritanienne qui «mène sa propre enquête» à laquelle  elle associera Interpol, a indiqué une source policière.

Ce n'est qu'après cette enquête que la Mauritanie doit examiner  les demandes d'extradition. Nouakchott est maîtresse du choix et  n'est soumise à aucun délai, selon des experts.