L'ex-directeur général du parti libéral-démocrate accusé de harcèlement sexuel

Le parti libéral-démocrate britannique, membre de la coalition au pouvoir, était dans la tourmente lundi après des allégations de harcèlement sexuel pesant sur un de ses anciens responsables.
07 août 2015, 11:02
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Chris Rennard a "catégoriquement nié" vendredi les faits qui lui sont reprochés.

Le parti libéral-démocrate britannique, membre de la coalition au pouvoir, était dans la tourmente lundi après des allégations de harcèlement sexuel pesant sur un de ses anciens responsables. Le vice-Premier ministre Nick Clegg a nié toute tentative de dissimulation.

L'ex-directeur général du parti, Chris Rennard, qui siège actuellement à la Chambre des Lords, soit la chambre haute du parlement britannique, est accusé par quatre femmes d'avoir agi de façon indécente pendant plusieurs années, à compter de 2003.

Ces révélations ont été faites la semaine dernière par la chaîne de télévision Channel 4. Deux des quatre femmes ont affirmé avoir été touchées de façon déplacée par Chris Rennard. L'une d'entre elles a assuré en avoir informé deux responsables du parti libéral-démocrate, ajoutant qu'aucune mesure n'avait été prise.

Chris Rennard a, lui, "catégoriquement nié" vendredi les faits qui lui sont reprochés.

Dimanche, Nick Clegg, actuel leader des "lib-dém", a reconnu avoir été informé il y a cinq ans déjà des allégations visant Chris Rennard, mais il a démenti depuis toute tentative de dissimulation de l'affaire. "Je n'ai rien à cacher. Le parti n'a rien à cacher. Nous devons maintenant écouter les femmes qui estiment qu'elles n'ont pas été correctement entendues et établir la vérité, ce que nous allons faire", a déclaré Nick Clegg sur la BBC.

Deux enquêtes

L'actuel président du parti, Tim Farron, a toutefois reconnu lundi que sa formation avait "merdé" dans la gestion de ce dossier. "Il y a des personnes dont nous aurions dû prendre soin et nous n'avons pas rempli ce devoir", a-t-il estimé.

Le parti libéral-démocrate a ouvert deux enquêtes sur le sujet, l'une sur les allégations pesant sur Chris Rennard et l'autre sur la façon dont la formation politique a géré le dossier.

Le scandale a éclaté alors qu'une élection législative partielle est prévue jeudi dans la circonscription de Eastleigh, dans le sud de l'Angleterre, après la démission du député libéral-démocrate et ancien ministre Chris Huhne, poursuivi pour entrave au cours de la justice dans une affaire d'excès de vitesse.