Réservé aux abonnés

L’héritage irakien que Barack Obama laisse à Donald Trump

Cinq ans après le retrait des troupes américaines, le président assure laisser une stratégie en ordre de marche.
22 déc. 2016, 00:33
/ Màj. le 22 déc. 2016 à 00:01

A moins d’inscrire à son bilan une reddition complète des djihadistes dans les cinq prochaines semaines, Barack Obama s’apprête à faire le plus généreux des cadeaux à son successeur: une victoire militaire à Mossoul, signant aux yeux des stratèges américains la fin du califat en Irak, sinon celle de l’organisation État islamique elle-même.

Brett McGurk, l’envoyé spécial du président auprès de la coalition (68 pays ligués contre Daech), ne s’engage pas sur un calendrier pour la reprise de la deuxième ville irakienne. «Cela peut arriver très vite comme dans deux mois», a-t-il déclaré mardi lors ...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonnés

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de 300 CHF par an