Réservé aux abonnés

L'horreur du terrorisme revécue

Onze ans et demi après le 11 septembre, le drame de Boston, qui a fait trois morts et près de 170 blessés, lance un nouveau défi au président Obama.
07 août 2015, 11:15
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
data_art_6975103.jpg

Depuis douze ans, l'Amérique était sur ses gardes. Meurtrie par les attaques du 11 septembre, une blessure jamais refermée, elle avait perdu son insouciance et s'était résignée aux contrôles systématiques dans les aéroports, aux fouilles corporelles intrusives, aux appels à la vigilance dans le métro et à l'émergence d'un énorme appareil de sécurité intérieure destiné à traquer d'éventuels poseurs de bombes. Elle se savait vulnérable.

Régulièrement, le FBI annonçait avoir déjoué un complot. A chaque fois, l'émotion revenait, le pouvoir félicitait les agences de sécurité pour leur travail, mai...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois