Réservé aux abonnés

La Californie rebelle gagnée par la fièvre sécessioniste

L’élection de Donald Trump passe mal dans un Etat plutôt aisé.
09 déc. 2016, 00:34
/ Màj. le 09 déc. 2016 à 00:01
epa05628882 A demonstrator waves the California state flag as thousands march in reaction to the election of Republican Presidential candidate Donald Trump as the 45th president of the United States in Los Angeles, California, USA, 12 November 2016. Over 10,000 protestors marched through the streets of downtown Los Angeles.  EPA/MIKE NELSON USA WAHLEN PRAESIDENT 2016 PROTEST

«La Californie est plus qu’un Etat, c’est une nation que les autres Américains n’aiment pas et détestent même parfois cordialement. Nos valeurs ne sont pas les mêmes que celles du reste du pays», estime Juan Pablo Alban. «Nos voisins rejettent le multiculturalisme, nous l’encourageons. Ils nient le changement climatique, nous le combattons. Ils s’opposent au contrôle des armes à feu, nous avons passé des lois strictes. Nous soutenons le mariage gay, les droits civiques des femmes et des immigrés. Nous sommes plus tolérants», ajoute le vice-président du mouvement sécessionniste californien Yes ...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonnés

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de 300 CHF par an