Réservé aux abonnés

La crise des réfugiés offre un second souffle à Pegida

Le mouvement «anti-islamisation» fête son premier anniversaire. Angela Merkel appelle à ne pas suivre «ceux qui ont de la haine dans le cœur».
20 oct. 2015, 00:08
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
epa04984324 Pegida demonstrators in Dresden, Germany, 19 October 2015. One year ago, Pegida (Patriotic Europeans against the Islamification of the West), took to the streets for the first time.  EPA/MICHAEL KAPPELER GERMANY PEGIDA

Les deux manifestations se déroulent à quelques centaines de mètres l’une de l’autre. Pour rejoindre la place du Théâtre, où est installée la tribune, les sympathisants de Pegida croisent même le chemin de leurs détracteurs. Des militants se sont grimés en gâteau d’anniversaire pour se moquer du mouvement «anti-islamisation» né ici, à Dresde, il y a exactement un an. Un autre est déguisé en Hitler.

Sur la place, la direction du théâtre a accroché un panneau lumineux: «Nous ne sommes pas une tribune pour la xénophobie.» «Nous sommes le peuple», scandent en réponse les sympathisants de Pegida. Il...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois