La Hongrie, source probable de la radioactivité en Europe

L'Institut hongrois de recherche sur les isotopes est probablement à l'origine des faibles niveaux d'iode- 131, un élément radioactif, récemment retrouvés dans l'atmosphère de plusieurs pays d'Europe. Budapest en a informé l'Agence internationale de l'Energie atomique (AIEA).
03 août 2015, 19:19
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
panneau_radioactivite_key

«Il s'agit le plus probablement d'une émission dans l'atmosphère en provenance de l'Institut des isotopes de Budapest. L'Institut des isotopes fabrique des radio-isotopes destinés aux soins médicaux, à la recherche et à des applications industrielles», écrit l'AIEA dans un communiqué diffusé ce jeudi.

L'agence onusienne précise tenir ces informations de l'autorité nucléaire hongroise, qui l'a informée que des fuites d'iode-131 s'étaient produites entre le 8 septembre et le 16 novembre. Les causes de ces rejets dans l'atmosphère font l'objet d'une enquête.

«Les niveaux d'iode-131 qui ont été relevés en Europe sont extrêmement faibles. Il n'y a aucune inquiétude sanitaire pour la population», souligne l'AIEA.

Budapest nuance
L'Institut hongrois des isotopes avait annoncé un peu plus tôt dans la journée qu'il avait enregistré une augmentation de ses émissions d'iode-131 à son laboratoire de Budapest. Son directeur a cependant déclaré à Reuters que la Hongrie ne pouvait être à l'origine des faibles niveaux d'iode-131 récemment retrouvés dans l'atmosphère dans plusieurs pays d'Europe.

Les premières traces de ce radio-élément, signalées par la République tchèque, ont été portées à la connaissance du public par l'AIEA vendredi dernier. La Suisse, l'Autriche, la Slovaquie, l'Allemagne, la Suède, la France et la Pologne ont également fait état de présence très faible d'iode-131.

Les doses mesurées la semaine dernière en Suisse sont «un million de fois inférieures aux valeurs limites», a précisé jeudi à l'ats Daniel Dauwalder, porte-parole de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Elles sont sans risques pour la population. Cette semaine, les relevés ne font plus état de la présence d'iode 131 dans l'air.