Réservé aux abonnés

La justice internationale peine à convaincre en ex-Yougoslavie

Le Tribunal pénal n'a pas répondu aux attentes placées en lui.
07 août 2015, 11:02
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
data_art_6837059.jpg

Ante Gotovina et Mladen Markac, deux officiers de la république de Croatie.

Créé en 1993 en pleine guerre de Bosnie-Herzégovine, le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) ne devait pas, selon ses promoteurs, servir uniquement à condamner les criminels de guerre. Il allait également permettre d'écrire, grâce aux preuves rassemblées, une histoire objective des événements des guerres balkaniques des années 90, et offrir une base de réconciliation pour les communautés concernées. Las, après 20 ans d'existence - et près de 2 milliards de dollars de dépenses -, le TPIY semble fai...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois