Réservé aux abonnés

La lourde facture de la bulle immobilière

Les faillites à répétition des promoteurs immobiliers et la mise au chômage de nombreux ouvriers de la construction ont plongé le pays dans un marasme économique.
03 août 2015, 19:20
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
data_art_5490554
Un chômage record, une croissance atone, des ménages et entreprises surendettés: les plaies de l'économie espagnole, héritées de l'éclatement de la bulle immobilière fin 2008, pourraient mettre longtemps à se refermer. Des experts parient sur une récession à long terme. Emporté par une frénésie de la construction, l'Espagne a bâti, à partir de l'an 2000, environ 700000 logements par an, autant que la France, l'Allemagne et l'Angleterre réunies, jusqu'à l'engorgement de 2008, au moment où démarrait la crise financière. Quand la bulle a éclaté, l'effet a alors été multiple. Des faillites en ca...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois