Réservé aux abonnés

La Maison-Blanche rend la CIA responsable de son inertie

L'Administration Obama mesure avec retard toute l'ampleur du conflit.
06 août 2015, 10:40
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
data_art_6252657.jpg

Paralysé par l'aggravation de la crise syrienne et globalement inaudible depuis le début de l'insurrection il y a seize mois, le géant américain sort lentement de sa torpeur. Mais l'absence d'un plan d'action cohérent et la méconnaissance des composantes de l'opposition syrienne pourraient le laisser fort démuni si les événements venaient à se précipiter.

L'option diplomatique rendue caduque par le veto sino-russe au Conseil de sécurité des Nations unies, Washington continue d'appeler le président syrien Bachar al-Assad à négocier une sortie honorable mais semble désormais juger la victoire m...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois