La Norvège attend le verdict du procès Breivik

Le verdict sur Anders Behring Breivik, l'auteur de la tuerie sur l'île d'Utoya, doit être rendu ce vendredi par la justice norvégienne.
06 août 2015, 10:53
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Anders Behring Breivik sits in the courtroom in Oslo, Norway, Wednesday June 6, 2012. Breivik is on trial for killing 77 people in a bomb-and-shooting rampage in Oslo last July. He has confessed to the attacks but denies criminal guilt. The trial is scheduled to continue until June 22. (AP Photo/NTB scanpix, Stian Lysberg Solum,)

La justice norvégienne doit rendre ce vendredi son verdict sur Anders Behring Breivik, l'auteur de la tuerie sur l'île d'Utoya et d'un attentat à Oslo qui ont fait 77 morts en juillet 2011. Au terme de 10 semaines de procès, l'enjeu se résume à dire si le tueur est jugé sain d'esprit ou irresponsable.

Quel que soit le verdict, la loi norvégienne devrait empêcher Anders Behring Breivik de recouvrer un jour la liberté. "Il a clairement fait savoir que s'il était déclaré pénalement irresponsable, il ferait appel de la décision", a dit jeudi son avocat, Geir Lippestad. "S'il est déclaré responsable, il acceptera la décision."

Affirmant agir pour la défense d'un modèle européen menacé, selon lui, par un multiculturalisme favorable à l'islam, Anders Behring Breivik a d'abord fait exploser une bombe dans le quartier des ministères à Oslo, tuant huit personnes. Il s'est ensuite rendu sur l'île d'Utoya, où se déroulait un camp d'été des jeunes du Parti travailliste, parti au pouvoir en Norvège. Là, il a abattu 69 personnes, en majorité des adolescents.

Ce massacre a ébranlé la Norvège, fière de son image de nation tolérante à l'écart des violences du reste du monde. Une fois le jugement rendu, Anders Behring Breivik retournera quoi qu'il arrive à l'isolement dans la prison de haute sécurité d'Ila, en périphérie d'Oslo.

Même si la peine maximale est de 21 ans de prison, les condamnés considérés comme dangereux peuvent être maintenus indéfiniment en détention. Pour qu'Anders Behring Breivik soit un jour relâché, il faudrait qu'un responsable politique assume la décision de signer une autorisation de libération.

S'il est jugé irresponsable, Anders Behring Breivik subira un traitement psychiatrique dans la prison et son cas sera réexaminé tous les trois ans. Les experts se sont divisés à son sujet mais les survivants du massacre d'Utoya attendent le verdict comme une étape essentielle pour leur avenir.