La Sicile n'est pas seule à voir affluer des migrants, la Grèce en a accueilli 400 vendredi

Après la Sicile, c'est au tour de la Grèce de voir débarquer massivement des migrants en provenance de Syrie. 400 d'entre eux, de diverses nationalités, ont débarqué vendredi soir soir au port du Pirée, à Athènes.
07 août 2015, 15:19
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Les vagues sont moins importantes qu'en Sicile, mais la Grèce accueille elle aussi de nombreux réfugiés (archives).

Environ 400 migrants sont arrivés vendredi soir au Pirée, grand port près d'Athènes, a-t-on appris auprès des autorités. Ils sont descendus d'un ferry en provenance de l'île grecque de Lesbos.

Ce groupe de migrants fait partie de centaines de personnes qui sont arrivées ces derniers jours à Lesbos, située dans le nord-est de la mer Egée, après avoir quitté les côtes turques proches à bord d'embarcations de fortune.

"On vient de Mytilène (chef-lieu de Lesbos), cela faisait deux jours qu'on était dans un camp puis on nous a relâché et on a acheté un billet de bateau à 45 euros pour venir a Athènes", a indiqué à l'AFP Ismaïl Kadilah, 37 ans, avocat kurde d'Alep en Syrie. Ses trois enfants et sa femme sont restés pour l'instant en Turquie, mais il compte les faire venir plus tard.

"Le voyage entre la Turquie et la Grèce était très dangereux, nous avons pris un bateau gonflable plein à craquer, c'était la nuit (...). Notre vie était en danger en Syrie et surtout nous pensons à l'avenir de nos enfants, ils n'ont pas d'avenir en Syrie", a-t-il déploré.

"Flux croissant"

Abshe, un jeune Somalien, s'est dit "très content d'arriver en Grèce, un pays paisible alors qu'en Somalie il y a toujours la guerre". Il préfère toutefois quitter la Grèce pour se rendre en Norvège ou en Allemagne pour "faire sa vie".

Pendant les vacances de la Pâques orthodoxe le week-end dernier, plus de 500 personnes sont arrivées sur Lesbos tandis que le nombre de migrants s'est multiplié sur d'autres îles de la mer Egée, qui sépare la Grèce de la Turquie