La Syrie abat un avion F-4 turc près de ses côtes

La Syrie a reconnu avoir abattu vendredi un avion de chasse turc au large des côtes syriennes. Ankara examine la réponse à donner à cet incident qui pourrait avoir de graves répercussions dans le contexte de la crise syrienne.
06 août 2015, 10:04
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
L'appareil disparu est un F-4 avec deux pilotes à bord.

L'appareil a disparu à 11h58 en mer au sud-ouest de la province turque de Hatay, riveraine de la Syrie. Il s'est écrasé dans les eaux territoriales syriennes à environ 10 km des côtes de la province de Lattaquié. Les recherches se poursuivent pour retrouver les deux pilotes de l'avion. La Turquie n'a pas donné de détails sur la mission qu'effectuait le F-4 à proximité de la Syrie.

Après avoir entretenu de bonnes relations politiques et économiques avec la Syrie, la Turquie, pays musulman membre de l'OTAN et allié de Washington, a coupé les ponts avec le régime de Bachar al-Assad, à la suite de la répression sanglante des manifestations antigouvernementales dans ce pays. Recep Tayyip Erdogan a appelé le président syrien à abandonner le pouvoir.

En avril, il a prévenu que la Turquie pourrait invoquer l'article 5 du traité de l'OTAN pour protéger sa frontière avec la Syrie, après des tirs des forces syriennes en direction du territoire turc qui ont blessé plusieurs réfugiés syriens et deux Turcs.

Nouveau gouvernement

Par ailleurs, un nouveau gouvernement dirigé par l'ex-ministre de l'Agriculture Riad Hijab a été formé samedi, a annoncé la télévision d'Etat syrienne. Cette annonce intervient plus d'un mois et demi après des élections législatives boycottées par l'opposition.

Le président Bachar al-Assad a promulgué un décret sur la composition du nouveau gouvernement où les ministres des Affaires étrangères Walid Mouallem et de l'Intérieur Mohammad Ibrahim al-Chaar gardent leurs postes, a encore précisé la télévision.

Sur le terrain, l'armée fidèle à Bachar al-Assad a bombardé samedi la ville de Daïr az Zour dans l'est du pays, provoquant la mort de 28 personnes, parmi lesquelles figurent trois femmes et des enfants, selon des opposants au régime.