Réservé aux abonnés

La Tunisie ne veut pas sombrer

Des manifestations de colère ont suivi le massacre de touristes au musée du Bardo. Tandis que l'enquête progresse, les Tunisiens sont déterminés à ne pas se décourager.
07 août 2015, 15:13
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
data_art_8952847.jpg

C'est dans un ancien palais beylical majestueux, qui abrite le musée du Bardo, que la terreur a frappé. Au moins 17 étrangers et deux Tunisiens ont été tués mercredi dans la sanglante attaque menée par des hommes armés, tandis qu'une quarantaine de personnes ont été blessées. Parmi eux, notamment: quatre Italiens, deux Colombiens, cinq Japonais, un Polonais, un Australien, une Espagnole et deux Français. Le musée national, qui expose notamment de splendides mosaïques, a été rénové et a rouvert en 2012.

Des questions en suspens

Le bâtiment est attenant à l'Assemblée des représentants du peuple...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois