Le café Lindt de Sydney rouvre ses portes trois mois après l'attaque

Trois mois après la prise d'otages qui s'était soldée par la mort de deux clients, le café Lindt de Sydney rouvre ses portes.
07 août 2015, 15:13
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
epa04531756 The covered windows of the Lindt Chocolate cafe at Martin Place in Sydney, Australia, 17 December 2014. Tens of thousands of Sydneysiders have paid tribute to the two victims of the Martin Place siege, barrister Katrina Dawson and cafe manager Tori Johnson. Australian  Prime Minister Tony Abbott faced questions over the omission of the Sydney cafe gunman from a security watch list despite his long history of extremism and violence.  EPA/DEAN LEWINS AUSTRALIA AND NEW ZEALAND OUT

Les habitants de Sydney devaient patienter vendredi pour rentrer dans le café Lindt où un islamiste déséquilibré, se déclarant de l'Etat islamique, avait pris 17 personnes en otages le 15 décembre dernier. L'établissement rouvre trois mois après le drame qui s'était soldé par la mort de deux clients et de l'auteur de l'attaque.

A l'intérieur du café, en plein coeur de Sydney, des plaques toutes simples rendaient hommage au gérant du café Tori Johnson, 34 ans, tué à bout portant par Man Haron Monis, et à l'avocate Katrina Dawson, une mère de trois enfants tuée par le ricochet d'une balle tirée par la police.

Le Premier ministre de l'Etat de Nouvelle-Galles du Sud, Mike Baird, a rencontré les employés du café peu avant qu'il ne rouvre, en particulier Joel Herat, qui travaillait le 15 décembre, le jour où le preneur d'otages d'origine iranienne a fait irruption dans l'établissement.

"Je lui ai dit que la ville était très fière de lui, fière qu'il soit si fort malgré tout ce qu'il a vécu", a-t-il déclaré à la presse. "C'est un jour difficile mais aussi à bien des égards un jour d'espoir. La ville a été mise à l'épreuve mais la journée d'aujourd'hui nous rappelle que nous allons de l'avant".

Union sacrée après le drame

Le jour du drame, des dizaines d'Australiens étaient venus pour acheter un café ou un chocolat chaud et une file d'attente s'était formée devant l'établissement. "J'ai été profondément touché par la mort de deux habitants de Sydney lors de cet événement aléatoire", expliquait un habitant. Mais le drame "nous a tous réunis".

Le rez-de-chaussée du café avait été endommagé lors de l'assaut donné par la police le 16 décembre contre le preneur d'otages qui se disait inspiré par le groupe Etat islamique en Irak et en Syrie.