Réservé aux abonnés

"Le capital est beaucoup plus considéré que le travail"

Les riches deviennent plus riches et les pauvres plus pauvres, selon les statistiques. Le sociologue Ueli Mäder se penche sur la question .
03 août 2015, 19:20
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
data_art_5490167
La chute du Mur de Berlin a eu un effet contrasté en matière de lutte contre la pauvreté dans le monde, car le capital est devenu pratiquement omnipotent. C'est en tout cas l'avis exprimé par le Ueli Mäder, professeur à l'université de Bâle, lors d'une récente conférence consacrée à la pauvreté. Un sujet que le sociologue connaît bien, puisqu'il suit depuis plusieurs décennies déjà le thème complexe des relations entre richesse et pauvreté. Pourquoi le fossé entre riches et pauvres s'est-il encore creusé? Ueli Mäder: Jusqu'aux années1960 et1970, une grande partie des couches les plus défavor...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois