Réservé aux abonnés

Le cynisme de l'ancien patron

Les procès-verbaux d 'auditions révèlent l'ampleur de la fraude.
04 août 2015, 01:52
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
data_art_5635655

Jean-Claude Mas, l'ancien patron de la société Poly Implant Prothèse (PIP), à l'origine d'un scandale des prothèses mammaires frelatées, reste droit dans ses bottes. S'il refuse toujours de s'exprimer publiquement, préférant réserver ses déclarations à la justice, il a déjà été interrogé par les enquêteurs de la police judiciaire et des gendarmes lors de l'enquête préliminaire ouverte par le parquet de Marseille en 2010, après la découverte du pot aux roses, l'interdiction de poursuivre la commercialisation des prothèses et la liquidation de la société.

Dans des procès-verbaux d'auditions réal...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois