Le gouvernement britannique prêt à envoyer les banquiers fautifs en prison

Les banquiers britanniques qui agissent avec imprudence pourront être plus facilement envoyés en prison. La loi sur la réforme bancaire actuellement à l'examen devant le Parlement sera amendée afin d'intégrer cette nouvelle réglementation.
07 août 2015, 11:33
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
People look around the exhibition 'Cartoons and Caricatures' at the Bank of England museum, in central London, Tuesday, May 14, 2013. The new exhibition of cartoons at the museum will run from May 17 to Dec. 31, 2013. (AP Photo/Lefteris Pitarakis)

Le gouvernement britannique a annoncé lundi son soutien aux conclusions de la commission parlementaire chargée d'éviter au secteur financier un nouveau scandale du Libor. Avec comme mesure-phare la possibilité d'envoyer plus facilement les banquiers fautifs en prison.

"Le gouvernement approuve et a l'intention de mettre en oeuvre les principales conclusions de la Commission parlementaire sur les normes bancaires pour corriger les manquements identifiés quant à la responsabilité individuelle, la gouvernance d'entreprise, la concurrence et la stabilité financière de long terme", a indiqué le Trésor.

Il s'agira en particulier de créer un nouveau délit pour les banquiers agissant avec imprudence, qui pourront ainsi être plus facilement envoyés en prison.

Bonus ajournés

Les bonus pourront aussi être ajournés pendant un maximum de dix ans pour éviter la prise de risque à court terme et assurer une rémunération plus conforme aux performances réelles. Ces gratifications financières pourront même être intégralement reprises aux banquiers travaillant dans des établissements ayant bénéficié de l'aide financière de l'État.

Ces mesures avaient été proposées en juin par la commission parlementaire établie l'été dernier après l'affaire des manipulations des taux interbancaires Libor et Euribor qui a ébranlé le monde de la finance. Le Premier ministre conservateur David Cameron avait déjà fait savoir qu'il était favorable à une plus grande sévérité.

La loi sera amendée

La loi sur la réforme bancaire actuellement à l'examen devant le Parlement sera amendée afin d'intégrer ces nouvelles réglementations, a indiqué le ministre des Finances, le conservateur George Osborne .

"Il faut d'abord remettre le système bancaire sur les rails si l'on veut remettre notre économie sur les rails", a commenté le ministre du Commerce, le libéral-démocrate Vince Cable.

"Cela commence par de nouveaux pouvoirs pour pouvoir mettre en prison les banquiers qui jouent avec l'argent des autres, ainsi que par plus de concurrence dans le secteur bancaire", a-t-il ajouté.